JENKINS AU PALAIS DES BEAUX-ARTS : 5 ANS DEJA …


jenkins_astral_place_low.jpg

De toutes les expositions que j’ai organisées au travers de la Fondation Demeures du Nord, c’est celle qui me
laisse le souvenir le plus intense !

Je savais que d’exposer ce grand Maître américain de l’abstraction lyrique avec l’aide immense de Régis Dorval,
déclencherait pour tous publics la découverte d’une œuvre tellement chargée d’émotions qu’on ne peut jamais l’oublier !

Plus de 40 000 visiteurs s’y sont rendus, (petits et grands), soit plus de 700 visiteurs jours, ce qui en
constitue l’un des plus grands succès de ce début de siècle pour une expo Lilloise   !

J’ai beaucoup de reconnaissance pour Paul Jenkins et son épouse Suzanne Donnelly Jenkins qui m’ont permis
d’offrir au public dans le cadre prestigieux du Palais des Beaux Arts, l’exposition d’œuvres majeures dans des formats exceptionnels… Qu’ils en soient encore remerciés !

C’est pour moi un anniversaire que ces 5 ans [ Dieu, que le temps passe vite] et je voudrais à nouveau rendre
hommage à cette immense artiste sur ce blog cette fois, tout d’abord en vous livrant tout d’abord la préface que j’avais écrite dans le magnifique catalogue de l’exposition (dont les 5000
exemplaires avaient été épuisés bien avant la fin), puis en vous présentant ensuite la vidéo officielle de cette expo qui avait été exécutée par Bajou.


jenkins_sacred_oracle_low.jpg
 

 

Christian-Paindavoine--et-Paul-Jenkins-Inauguration-aux-bea.JPG
                                          
 Christian Paindavoine et Paul Jenkins

« L’œuvre de Paul Jenkins est unique. 

Le temps continuera à confirmer cette immense vérité, qui transparaît autant dans son itinéraire que dans le
jaillissement de sa peinture ! Déjà présenté dans les plus grands musées du monde, Paul Jenkins est un très grand artiste de notre temps et j’affirme qu’il mérite cette place de choix auprès des
plus grands maîtres de l’art moderne qu’il fréquenta et qui devinrent de véritables mythes après leur mort : Pollock, Rothko, Motherwell, Kline, Tobey, De Kooning…

Avec eux il a participé à la formidable émergence de la peinture américaine marquée par l’Ecole de New York,
qui apporta une nouvelle dynamique à la peinture moderne et  sut peut-être en briser les derniers tabous.

Plus encore, partagé à partir de 1953 entre son atelier de New York et celui de Paris, il démontra par son
engagement auprès de Dubuffet, Pierre Restany et Michel Tapié (l’Art Autre), que l’art se doit d’être regardé de manière universelle.

A 82 ans, ce grand artiste de l’expressionnisme gestuel abstrait triomphe encore par la fougue qu’il
retranscrit sur ses toiles, ne sacrifiant rien de son honnêteté. La foi qu’il possède en son art lui a toujours fait ignorer toute notion de carrière, (mot qu’il déteste), pour ne se consacrer
qu’à ses expériences et à ses recherches sur la couleur, la matière et le geste.

Jenkins est un lyrique. Et en cela, il est un poète. Assez pour nous inventer un autre monde, son propre
monde, celui que la nature n’avait pas inventé. Et pour atteindre ce dessein, il se sert  du plus bel « outil » que lui ai donné cette même nature : la lumière et les couleurs qui en sont
issues. Car tout en mettant en pratique toute la maîtrise du geste dont il a le don, Paul Jenkins a longtemps étudié, le travail de Goethe  sur les variations de la couleur à travers le
prisme. Il y a sans doute découvert, dans ses accords, ses brisures, ses intensités et sa luminosité,  le moyen d’assouvir ce désir de pureté et de clarté qu’il possède en lui.

Paul Jenkins, grand voyageur, se trouve au carrefour des cultures occidentales et orientales. Cette dernière
lui a sans doute apporté la notion  de co-existence des forces Zen : forme et matière, hasard et détermination, couleurs opaques et transparentes, feu et glace, rouge et bleu nuit, violence
et volupté. L’occident et particulièrement le sud de la France où il a souvent séjourné ont peut être réchauffé  ses œuvres de cette lumière « méditerranéenne », contribuant à cette fluidité
et cette émotion qui invite à la contemplation. Jenkins aime les contradictions, mais en maîtrise les énergies. Instigateur de cet état émotionnel  il nous transmet, sans rien se refuser de
la couleur, une peinture euphorique, tant qu’elle ne peut provenir que d’une abstraction mystique.

Je ne souhaite pas expliquer le non explicable  de la peinture de Paul Jenkins. Seulement m’intéresser
à ce qui a été engendré sur la toile et laisser mes émotions et mon imagination y voyager…Le discours de Jenkins est trop secret et tellement complexe ! Il n’appartient qu’à lui. Vouloir dépasser
la nature relève d’une spiritualité trop intense pour que le spectateur  en perçoive  toute la substance, et la seule chose que je puisse oser affirmer ici, c’est que cette aventure
intérieure de Jenkins est parfaitement réalisée au travers de la structure de ses toiles et de la couleur. Le geste ample et sûr qui s’y devine est aussi la preuve d’une sérénité qui démontre
combien il maîtrise ce monde. Son monde.

Car même si l’on s’est familiarisé à l’univers d’un tel artiste, on ne peut pas pour autant en juger ou tout
expliquer ; tout juste peut-on en parler.

Parlons donc simplement de l’œuvre de Paul Jenkins ! Une forme poétique en émerge dans un flot de couleurs
souvent empâtées. Plus que tout autre, il ose la couleur.   Est- ce de la lave ici ? Sont-ce des voiles là ? Et ces formes blanches qui se découpent dans le tableau, sont elles des
morceaux de glace ? Peu importe,  l’œil regarde ce qu’il y voit mais le cœur en reçoit toute l’émotion.

Violence, remous, tumultes, jaillissements, caractérisent la première impression. Elle nous conduit presque
au paroxysme.

L’expérience de l’artiste, ses connaissances et sa philosophie le guident dans sa composition pour la rendre
évidente par la conscience plastique et l’émotion esthétique. Car l’œuvre est bien le fruit d’une maîtrise du projet  au travers du geste savamment retenu.

Sa magnificence n’est que l’impression première. Il nous faudra au-delà de cette perception de longs moments
de concentration pour en comprendre le pourquoi de cette  énergie, et en percevoir une infime parcelle de sa spiritualité.

En tout cela l’œuvre de Paul Jenkins est une  œuvre unique. »

 

 

www.pauljenkins2005.com

www.pauljenkins.net

 

 

 

Share Button

10 commentaires

Ecrire un commentaire
  1. Tout d’abord, bravo pour cette excellente préface.

    Je passais par hazard devant le palais des beaux arts de Lille lors de cette exposition, en 2005.

    Etant intéressé par l’Art (sans pour autant être connaisseur), je suis entré…
    Ces oeuvres ont été pour moi un réel choc! Les émotions sont à fleur de toile et l’Energie qui s’en dégage est réelement grisante. Je suis resté un long moment à contempler chaque toile, le coeur
    battant la chamade…

    Ce fut pour moi une expérience inoubliable.

    Par ailleurs, cette exposition à été l’occasion de ma première rencontre avec Demeures du Nord, par le biais de sa fondation.
    Cinq ans après, j’ai emmenagé dans la maison dont je leur ai confié la construction!

    Je rêve maintenant de me procurer une oeuvre de Jenkins pour en sublimer un des mur…

    Profitant de mes déplacements professionnels, je sillonne les galeries d’art autour du monde pour tenter de retrouver des émotions similaires.

    Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que les toiles de Jenkins que j’ai eu le privilège de contempler lors de cette exposition sont de réels chef d’Oeuvres…
    …et que comme pour tout rêve, le réaliser aura demandera un investissement.

    Merci pour cette exposition.

    Jean-François STACHERA.

  2. Le souvenir de cette exposition reste inoubliable!

    Merci encore Monsieur Paindavoine!

    J’ai eu la chance de vous rencontrer à 2 reprises: la première fois sur l’exposition elle-même, et la deuxième fois lors d’un vernissage: il y avait à chaque
    fois autant de sensibilité que de folie dans vos propos, et je ne m’étonne pas que vous ayez réussi d’aussi belles expositions et à mener Demeures du Nord aussi loin dans la réussite et
    l’image de marque!

    Je m’étonne que vous n’ayez pas encore renouvelé d’autres expositions: mais peut-être que vous nous réservez une autre surprise?

    Félicitations!

  3. Je ne suis pas fou de la peinture contemporaine. Mais j’avoue que certains des tableaux de ce peintre m’ont « scotché »!

    A méditer!

  4. La passion d’un homme sachant trouver les mots justes pour nous accompagner jusqu’à la porte des émotions et l’oeuvre de Jenkins capable à elle seule d’émerveiller et d’éblouir nos sens…Que de
    belles rencontres!!!

  5. Une exposition qui a réconcilié toute la famille avec l’art moderne!

    Propriétaires (heureux) d’une Demeures du nord, pourquoi n’offrez vous pas une toile de Paul Jenkins à tous vos clients?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code