DES PROPOS ÉLOQUENTS POUR PARLER D’INTÉGRATION DE LA MAISON INDIVIDUELLE DANS NOTRE PAYSAGE DU NORD …

 

« Le choix de faire construire une villa géométrique ou une maison contemporaine ne doit plus se faire uniquement par rapport  à l’attirance intrinsèque pour tel ou tel type d’architecture … »

 

 

Dans son numéro de juin, le magazine VISITE IMMO-NEUF laisse la parole à Demeures Du Nord pour évoquer avec franchise et sans complaisance la trop mauvaise évolution de l’architecture de maisons individuelles qui altèrent même le paysage depuis une dizaine d’années …

Pour plus de lisibilité, le texte intégral est reproduit  sous ces 3 pages  originales.

 

MAISONS CONTEMPORAINES OU VILLAS GÉOMÉTRIQUES ?
AVANT TOUT UNE AFFAIRE D’INTÉGRATION…
Par Christian Paindavoine, PDG de Demeures Du Nord.

Depuis un quart de siècles, Demeures du Nord inspire, influence même, l’évolution de l’architecture des maisons. C’est ainsi une responsabilité, car chaque maison construite va modifier – avec bonheur ou pas – le paysage. Considérée comme une référence dans les Hauts de France, cette célèbre enseigne entend souligner son rôle de leadership sur le marché de la maison individuelle premium, et ainsi mettre en avant ses convictions !

PARLONS DONC D’INTÉGRATION : C’EST UNE NÉCESSITÉ OU UNE SIMPLE CONSÉQUENCE ?
« Dans une opération architecturale », nous dit Christian Paindavoine, « les contraintes du site se présentent comme des données prises en compte dans la synthèse de la forme. Ce n’est pas une possibilité, c’est autant une nécessité qu’un devoir ! Tant pis si cela augmente pour nous la difficulté de réflexion et de création. C’est clair : la maison va s’intégrer à vie dans un paysage. Elle se proposera au regard de milliers de personnes qui l’auront admirée non pas pour sa seule architecture mais surtout pour la symbiose entre la forme et le lieu !
Une maison d’architecture cubique justement, ne peut être réussie que si elle est intégrée de manière équilibrée dans un site. Ces maisons doivent bénéficier de surfaces de terrain assez généreuses… Il faut pour moi que ces maisons soient implantées dans des ambiances qui ne soient pas trop rurales, mais plutôt dans des secteurs suburbains. Elles souffrent alors moins de leur difficulté d’intégration. La rigueur de cette architecture devra être atténuée par un environnement proche très boisé, très vert. Rien de plus triste qu’une maison d’architecture cubique en enduit blanc implantée sur un fond de champs à perte de vue ! En hiver ou en automne c’est fade et froid… »

PLUS FACILE, DONC, D’INTÉGRER UNE MAISON CONTEMPORAINE PLUS… CLASSIQUE ?
« Oui, sans doute. Ces interprétations contemporaines de l’architecture de campagne, s’inscrivent bien dans le paysage. Ces maisons seront les témoins de la modernité de notre époque, tout en ayant su conserver les formes originelles… Respect d’une culture, d’une tradition… Intégration naturelle dans le paysage. Il ne s’agit pas de vouloir reproduire l’architecture du passé. Notre devoir c’est d’être de notre temps, et même en avance sur celui-ci ! C’est justement cette volonté de pensée qui doit tout juste nous permettre de réfléchir à une évolution de nos maisons qui saura les inscrire avec sérénité dans le temps. Il ne s’agit donc pas de la liberté du « tout et n’importe quoi », de la répétition et de la copie, des « faux-semblants » aussi ! »

ASSISTE-T’ON AU RETOUR D’UNE AUTHENTICITÉ ?
« C’était inéluctable ! Alors même que les dix dernières années ont laissé la part belle aux maisons d’architecture cubique, (chez Demeures du Nord elles représentaient encore il y a 2 ans près de 40% de notre production,) on perçoit depuis, un renversement qui se voulait inévitable. Et sans doute indispensable !
Peut-être est-ce – enfin ! – une prise de conscience que ce type d’architecture a été en partie galvaudé par une surproduction menée par l’ensemble de la profession, fermant les yeux pour certains, ou même ignorant, certaines règles très strictes propres à l’architecture cubique: générosité dans l’amplitude et la volumétrie, rythme dans les ouvertures, proportions entre étage et rez de chaussée, respect enfin de l’environnement.
Peut-être que ce renversement est aussi la prise de conscience que le passé doit servir à éclairer l’action présente, se traduisant ainsi par la bonne évolution de notre architecture régionale. La brique, les formes de toits nous rassurent car elles pérennisent notre trésor culturel. Nous avons tous un regard respectueux envers ces matériaux faits de tuiles et de briques de terre cuite. Leur toucher et leurs teintes chaudes nous séduisent aussi ! »

IL FAUT DONC TOUT REMETTRE EN CAUSE ?
« Tout au moins, le choix de faire construire une villa géométrique ou d’une maison contemporaine ne doit plus se faire uniquement par rapport l’attirance intrinsèque pour tel ou tel type d’architecture. Le site où vous ferez construire votre maison est une condition majeure à ce choix ! On ne fait ni construire une maison d’inspiration flamande sur les bords de la méditerranée, et ni une villa d’architecture cubique seule au milieu des champs ! Le célèbre architecte Mario Botta a bien résumé ce sujet en déclarant : Une bonne maison est une maison qui permet d’avoir une qualité, donc un sens de l’orientation, un sens du rapport vers l’extérieur. L’élément fonctionnel ne survient que dans un deuxième temps. L’architecture est toujours la transformation d’une situation géographique en situation historico-culturelle. »

Share Button

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code