BONNE RETRAITE MONSIEUR BRUGE !..

Une première chez Demeures Du Nord, puisque l’un de nos conducteurs de chantiers, Monsieur Christian Bruge, va nous quitter au 31 décembre pour prendre sa retraite, après 27 années de bons et loyaux services !
Nous en profitons pour l’en féliciter et le remercier pour le sérieux et l’honnêteté dont il a fait preuve durant ce long chemin traversé avec nous. Par ses qualités, il a su défendre « nos couleurs » et imposer avec nous nos principes d’excellence.
Nous lui souhaitons une longue et belle nouvelle vie !

 

 Alors, bien méritée cette retraite ?

Oh oui ! Je travaille depuis l’âge de 16 ans, cela fait donc plus de 45 ans ! Je ne me plains pas, bien au contraire, puisque j’ai eu la chance de ne jamais connaître le chômage. J’ai quasiment toujours travaillé dehors compte tenu de mon métier de conducteur de chantier, avec l’immense responsabilité de respecter la qualité de notre prestation qui a fait notre réputation, ainsi que les délais.

 

A quel âge êtes-vous rentré chez Demeures Du Nord ?

Je suis rentré en 1991 chez Demeures Du Nord. J’ai d’ailleurs fait partie du lancement de Demeures Du Nord qui a été créée cette année-là. Mon Dieu, ces 27 années sont passées vite ! Au tout départ, nous étions tout juste 5 personnes à y collaborer. Très vite, succès aidant, nous avons dû étoffer notre équipe.

 

 A cette époque, DDN construisait des maisons plus simples…?

Oui, au début, nous construisions des maisons assez traditionnelles et nous insistions sur les détails de maçonnerie ( modillons, linteaux cintrés etc…), mais très vite, notre bureau d’études commença à y intégrer des touches modernes sous l’impulsion de ma Direction, qui voulait se distinguer en créant un produit plus dans l’ère du temps.

 

Très vite ont du se poser des problèmes techniques face à ces nouvelles données, comment les avez-vous appréhendés ?

Oui, mais heureusement, tout s’est passé progressivement. L’un après l’autre, au fur et à mesure de l’augmentation des volumes de nos maisons et de leur complexité, nous avons posé les problèmes calmement avec notre bureau d’études, notre ingénieur-béton, afin de ne pas « travailler à vue ». Sans ce travail de longue haleine et de concertation, nous n’aurions pas pu les faire évoluer ainsi.
Cela m’a passionné, particulièrement dans le travail des ouvrages bétons et dans l’aluminium pour lequel nous avons été les premiers à les imposer dans les maisons individuelles, tout comme un peu plus tard pour nos villas géométriques. Finalement, je crois que j’ai toujours préféré la complexité à la simplicité.

 En tant que conducteur de travaux, comment expliquez-vous le succès de Demeures Du Nord et la qualité de sa mise en œuvre ?

Demeures Du Nord a toujours réussi à devancer ses concurrents en faisant évoluer son architecture. Nous n’avons jamais hésité à mettre en place de nouvelles techniques, d’aller de l’avant. En ce qui concerne, la qualité de mise en œuvre, nous avons su nous entourer des meilleurs artisans et des meilleurs matériaux. Rien de plus simple au fond. Nous ne regardons pas au prix.

 

Fin 2017, quel est votre sentiment sur l’évolution de la maison individuelle chez Demeures du Nord,… et chez les autres ?

Mon sentiment est que la concurrence est de plus en plus compliquée, et que pour certains c’est « du n’importe quoi » ! Une brique, un parpaing, une tuile, ou un sac de plâtre coûtent le même prix pour tout le monde. Et malgré tout, certains bradent leurs maisons. Nous, dans la profession, on sait tous ces sociétés se rattraperont en faisant travailler des entreprises moins coûteuses, de moins bonne qualité. J’ai tellement vu de maisons pour en constater certains dégâts !
Je suis fier d’avoir participé au succès de DDN qui a toujours privilégié le contentement de nos clients et a su se remettre régulièrement en question pour se projeter vers l’avenir.

 

Parlons de vous à présent. Quel est votre meilleur souvenir de votre carrière ?

Mon meilleur souvenir c’est sans hésitation, celui de mes premiers pas au sein de Demeures Du Nord.

 

Votre plus mauvais souvenir ?

Un sérieux problème de santé en 2001 qui m’a éloigné de mon travail durant 6 mois.

 

Vous étiez plutôt au sein de DDN « un loup solitaire » ou « un GO (gentil organisateur » ?

(Sourire)… Plutôt GO, ferme mais respectueux. J’ai toujours tenté d’être juste dans mon métier.

 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaiterait faire votre métier ?

D’observer, et de ne rien laisser passer. User de diplomatie et d’empathie vers les clients mais aussi vers nos entreprises partenaires. Tout le monde doit aller dans le même sens !

 

Il est une grande particularité chez vous, c’est le fait que votre épouse travaille elle aussi chez Demeures Du Nord… Difficile ou facile à vivre une telle situation ?

Pour moi, cette situation n’a jamais présenté aucun problème. Nous avions un poste bien différent. Elle comme moi, nous nous sommes toujours aidés et soutenus, malgré les difficultés que nous avons pu traverser.

 

 Et maintenant ?..

Ah ! Je vais d’abord me poser et me retrouver. Je vais enfin m’occuper de moi ! Je compte faire beaucoup de natation, voyager et continuer à bricoler chez moi et y améliorer la décoration. Chez DDN j’ai été à bonne école !
Pour moi le mot-clé de cette retraite, c’est la Liberté de faire ce que je veux quand je veux !
Puis dans un an, ce sera au tour de mon épouse de prendre sa retraite, et c’est ensemble que nous en profiterons pleinement !

 

DEMEURESDUNORD.COM

 



 

CE MOIS-CI  » VISITE IMMO » DONNE LA PAROLE A DEMEURES DU NORD …

Rencontre entre la journaliste Ludivine Fasseu, pour le magazine VISITE-IMMO,  et moi-même, pour DEMEURES DU NORD.

Le fil conducteur de cet échange élaboré par le jeu des questions -réponses me fut proposé sous la forme de cette réflexion : « Soyons responsables. En tant que constructeurs, nous nous devons de construire de belles maisons quelles que soient leurs gammes…. »

…Avant que cet article ne soit remis en forme :

interview visite immo2Et si nous parlions du courage en architecture ?

« La maison appartient surtout au territoire avant d’appartenir à l’homme. » Cette citation de l’architecte Mario Botta raisonne comme un leitmotiv chez Demeures du Nord. Pour qu’un projet soit réussi, le rapport de la maison avec son environnement est primordial. Il faut savoir se poser cette question essentielle : la maison que je dessine va-t-elle savoir se fondre dans le paysage sans l’enlaidir ?

Il faut du courage pour faire de la bonne architecture : c’est pour moi autant un devoir éthique que civique! Je suis inquiet et intransigeant par rapport à l’évolution du marché de la maison individuelle. La crise a entrainé certaines dérives. Il suffit de se promener dans de nombreux lotissements pour se rendre compte du coté insipide de certaines maisons. Certains constructeurs, devraient  prendre leurs responsabilités. Ils ne peuvent  pas tout accepter pour obtenir un contrat ! Aujourd’hui, la tendance est à la maison cubique. Or  il faut des conditions particulières de surfaces, de largeur de façades, de rythmes et tailles d’ouvertures pour qu’elle soit réussie.

Je peux paraître sévère mais notre rôle est trop important, s’agissant de dessiner et construire pour nos clients à la fois un cadre de vie et aussi un patrimoine.

Chez Demeures du Nord, créer patiemment chacune de nos maisons est un devoir. C’est aussi une passion. La bonne architecture ne peut exister sans le talent des architectes et dessinateurs dont j’ai la chance d’être entouré.

Parlons et décidons avec nos clients du bon choix !

QUESTIONS/RÉPONSES : NATACHA KOWALAK OU LA PASSION DES FORMES ET DES COULEURS …

 

Natacha Kowalak, jeune architecte d’intérieur issue de l’école de Saint Luc à Bruxelles, collabore en tant que Conseillère en Décoration Intérieure avec Demeures du Nord depuis déjà 3 ans.
Cette talentueuse architecte apporte à nos clients son savoir-faire, ses qualités d’imagination et d’intégration, pour les aider à exprimer leur véritable sensibilité.
Une belle découverte à vivre avec elle au travers d’échanges pour enfin sublimer nos intérieurs de manière élégante, originale et surtout unique !

 

natacha 2

 

Demeures du Nord : La décoration, c’est un métier à part entière ou un passe-temps?
Natacha :
Un métier à part entière bien évidemment. C’est avant tout une passion. Je suis à la recherche constante des nouvelles tendances, textures, matériaux. Je crée des styles d’ambiance en accord avec les envies et les attentes des clients.

DDN: Les couleurs, les volumes, le mobilier : qu’est-ce qui vous passionne le plus ?
Natacha :
Tout d’abord les volumes, j’aime jouer avec les espaces, me le réapproprier de manière réfléchie. Puis en deuxième temps vient les textures, les couleurs afin d’appuyer certains accents du projet.

 

Capture d’écran 2015-02-04 à 09.54.15

DDN: Quels artistes admirez-vous le plus dans la création ?
Natacha:
Je suis en admiration devant les designers émergeants aux tendances multiculturelles.
Et bien sûr quelques grands noms connus tels que :
-Zaha Hadid
-Jean Nouvel
-Frank Gehry
-Andrée Putman
-Philippe Starck

Lire la suite

QUESTIONS / RÉPONSES : DAVID STIENS DIRECTEUR ARTISTIQUE POUR DEMEURES DU NORD…

FullSizeRender2« Nous avons pris le parti de remettre l’élégance au centre de la philosophie d’entreprise de DDN…»

 

David Stiens, 39 ans, Directeur Artistique. Au travers de son agence Laboratoire 31:  il s’occupe entre autres des campagnes de communication de Demeures du Nord et de la Fondation Demeures du Nord depuis 2003.


– Quelle est pour vous la véritable définition de votre métier ?
Sa véritable définition c’est la capacité à mettre une image sur une idée. Rendre concret ce qui est au départ souvent abstrait. Le client a une idée de ce qu’il veut faire, mais la représentation visuelle est floue ; à moi de lui donner forme et de lui créer un « visage ».

– Dans quels domaines intervenez-vous le plus souvent ?
La création de logotypes, l’édition de magazines ou de documents institutionnels pour les entreprises, mais aussi la direction artistique photo; déterminer le type de photo à faire, le casting, le repérage, etc… Et souvent également la direction artistique web. Donner les pistes graphiques pour élaborer l’esthétisme du site.

-Comment avez-vous été sollicité par Demeures du Nord pour prendre en charge leur image et leur communication ?
Par relation. Nous étions en 2003 et j’avais fait un logo pour un ami de Christian Paindavoine. Il avait besoin d’un graphiste pour travailler sur son projet de Fondation d’art, il m’a appelé à 14h, je l’ai vu à 18h… Nous nous sommes plus quittés depuis.

– Difficile de parler d’une société de maisons individuelles sans tomber dans les clichés habituels ?
Normalement oui. On serait bien évidemment tenté de tomber dans les clichés mais comme Demeures du Nord avait une vision différente de leur métier, la communication a été différente et basée sur l’humain, la famille. Paradoxalement ça été plus simple pour moi de travailler sur une idée novatrice, voire révolutionnaire, que sur l’éternelle communication de constructeur. Ça me correspondait mieux…

-Fin 2014, quel est votre sentiment sur l’évolution de la maison individuelle chez Demeures du Nord,… et chez les autres ?
Pour DDN, mon sentiment est toujours le même qu’au début de notre collaboration. Je sais que DDN se fait un point d’honneur à travailler sur chaque nouveau projet de la même façon qu’il y a 10 ans. Chaque projet est unique, traité avec la plus grande implication, aussi bien en architecture qu’en intégration dans le paysage. Leur réflexion sur la lumière est toute aussi intéressante pour eux !
Quant aux autres…… Je ne connais pas le fonctionnement interne de chaque entreprise, mais j’ai toujours et encore l’impression que leurs évolutions tentent de ressembler à DDN… Je sais que DDN a une conception qui leur est propre de leur métier, et elle l’applique tous les jours avec pugnacité,
et j’ai vraiment la sensation que les concurrents n’ont pas de réelle philosophie d’entreprise et qu’ils se contentent de faire ce que DDN fait, ou a fait. De les copier !

– Plutôt maisons contemporaines ou villas géométriques ?
Ma sensibilité est plus proche des géométriques que des contemporaines. Cependant je trouve que les cubiques commencent à manquer de personnalité. Il y en a tellement maintenant qu’elles finissent par toutes se ressembler. Certains font croire encore naïvement aux gens qu’on va leur construire des « maisons hollywoodiennes » par le seul miracle de leur proposer une petite maison cubique.
Et le résultat est le plus souvent affligeant… !
Alors depuis peu je trouve que les maisons dites contemporaines deviennent plus uniques que les géométriques. Peut être qu’une symbiose des deux pourrait me plaire.

bande de pub verticale– Avez-vous rencontré des difficultés pour faire accepter des campagnes aussi décalées que celles de Demeures du Nord auprès de son dirigeant ?
Aucune. J’avoue même qu’il a été parfois force de propositions lui-même. Il n’est pas rare que Christian Paindavoine m’appelle en me disant qu’il a vu quelque chose et qu’il aimerait le même genre pour DDN. Et parfois je me laisse aller à proposer des choses un peu trop osées mais un compromis unanime est souvent très vite trouvé. Nous n’avons pas eu beaucoup de divergences de point de vue sur la communication des Demeures du Nord.

– Pensez-vous avoir une totale liberté de créer au sein de Demeures du Nord ?
Oui avec certitude. Bien sûr que parfois nous n’avons pas la même vision « graphique », mais sur la volonté et le style, aucun soucis.
Christian Paindavoine est toujours à l’écoute. J’avoue que parfois je me laisse aller et que ça va trop loin. J’en oublierais parfois que notre communication est déjà en avance et unique pour ce genre de société.

– Quel est le principal message que vous essayez de faire passer dans ces différentes campagnes ?
Le message est simple, vous êtes unique et votre maison doit l’être aussi. La maison n’est pas qu’un aboutissement, elle est le cocon de votre famille et votre famille est la finalité et quoi de mieux que le meilleur pour votre famille?…

-Le terme ELEGANCE revient souvent dans la communication Demeures du Nord …

C’est le terme qui résume le mieux aujourd’hui la signature de Demeures du Nord. C’est le juste équilibre entre qualité et sobriété. Aujourd’hui où tout est esthétisme et apparence, l’élégance est parfois galvaudée, oubliée. Nous avons pris le parti de remettre l’élégance au centre de la philosophie d’entreprise de DDN.

– Audrey Hepburn dans les campagnes DDN : pour faire passer quel message ?
Que l’élégance est toujours d’avant-garde… Pour nous c’est le symbole même de l’élégance.
Bien évidemment quand on parle d’élégance, le monde de la mode nous vient immédiatement à l’esprit. Et pourquoi pas après tout?
Nous sommes plus proches d’une maison de haute couture que du constructeur de maison. DDN a toujours eu la volonté de faire ses propres photos de communication, de les traiter comme une campagne de communication pour une marque de vêtements ou de bijoux. Quel meilleur symbole qu’Audrey Hepburn pour incarner cette faculté de beauté, de simplicité, de grâce et surtout d’intemporalité?

-La communication par le net est-elle en train de supplanter la communication par la presse ?
A l’heure d’aujourd’hui, j’en ai peur mais l’édition reviendra comme le vinyl est en train de revenir, encore plus fort, encore plus beau.
Le papier existe depuis la nuit des temps, le net a révolutionné la façon de consommer mais n’a pas remplacé le bon vieux papier. Je pense que tous deux sont complémentaires en fait. Chacun trouvera sa place d’ici peu pour cohabiter et non pas se concurrencer comme on le penserait.
Mais il est indéniable que la communication aujourd’hui doit se faire sur les deux tableaux.

– Si de nombreux concurrents tentent de copier les maisons Demeures du Nord, y trouvez-vous aussi une certaine forme de plagiat vis-à-vis de la com DDN ?
Ca dépend des jours, des humeurs, et des copies….
Si on positive la pensée, on dira que nous sommes l’Inspiration et c’est flatteur. Toujours valorisant d’être une référence.
Cependant j’ai noté que certains concurrents ne s’embêtent même plus à s’inspirer fortement de notre communication mais ils l’a copient carrément. Allant même jusqu’à reprendre certains termes à l’identique. Ce n’est pas très flatteur en fait… pour eux.
Personnellement j’ai bien évidemment réalisé des choses par inspiration envers quelque chose que j’avais vu, mais quelle satisfaction peut-on tirer de reprendre quelque chose qui existe et de le retranscrire quasiment à l’identique??
J’aime à penser que les gens qui voient leur communication sur des panneaux publicitaires en 4 mètres sur 3, finissent par se rendre compte du plagiat !

IMG_2379IMG_2380– Vous vous occupez aussi de toute la communication des expos organisées par La Fondation Demeures du Nord. Vous avez d’ailleurs créé 4 luxueux catalogues dont Vasarely, Paul Jenkins et La Figuration Narrative : plaisir ou dur labeur ?
Les deux ! L’exigence demandée pour ce type de réalisation est élevée. Vous devez retranscrir au plus proche les créations d’un artiste. Vous devez lui rendre hommage, vous devez le respecter. Vous vous devez d’être à 100%. Mais quel privilège de pouvoir travailler avec la matière première des artistes comme Vasarely ou Jenkins ! Personnellement ce sont parmi les travaux dont je suis le plus fier.

– Le catalogue que vous estimez le mieux avoir réussi ?
En manquant totalement d’objectivité, Paul Jenkins. Parce que l’aventure humaine s’est greffée à mon adoration pour l’Œuvre et l’artiste. J’ai eu l’immense privilège de le rencontrer dans son atelier d’Union Square à New York. Il m’a reçu comme si j’étais un ami, avec une simplicité qui m’a ému et bouleversé. Pendant ces quelques mois où nous avons travaillé ensemble sur l’expo de Lille, je l’ai considéré comme mon grand-père. Il m’a appris une chose essentielle. Je lui en serai éternellement reconnaissant.

– Quelle campagne rêvez-vous de réaliser?
Forcément un grand nom de la haute couture reste un fantasme, un rêve, une chimère….
Mais une communication de campagne présidentielle m’aurait plu également.

– Quelle campagne que vous n’avez pas réalisée, vous rend jaloux ?
En toute honnêteté il y en a plein mais en même temps je ne me souviens pas d’une campagne en particulier. C’est que je ne dois pas être si jaloux que ça….

QUESTIONS / RÉPONSES : SÉBASTIEN BOUDET, MARCHAND DE BONHEUR …

Il seconde son beau-père Didier Marquant depuis à présent dix ans, et remplit les fonctions de commercial et conducteur de chantiers pour LM PISCINES, qui déménage en Juin dans le centre de Bondues.
Ce fabricant réputé de piscines commercialise depuis 1999 la célèbre marque CARRE BLEU au nord de Paris.

DDN : Quel est votre véritable rôle au sein de LM Piscines ?

Sébastien Boudet : Je m’occupe dans un premier temps de la partie commerciale ; de la prise de contact à la signature du marché. Dans un second temps, je suis garant de la bonne réalisation du projet, du premier coup de godet à la mise en eau. Pour terminer, je livre le bassin avec toutes les explications nécessaires. Enfin, le rêve peut commencer, pour mes clients bien sûr !

DDN : Comment se comporte LM PISCINES au milieu de cette crise ? On peut supposer que la piscine n’est actuellement pas la priorité des actuels ou futurs propriétaires de maisons ?

Sébastien Boudet : Il est vrai que ces dernières années ont été difficiles. Le marché s’est considérablement ralenti. Il faut se battre davantage pour décrocher les projets. Mais je reste très confiant pour le futur, il y a un gros potentiel de réalisations dans notre région.

IMG_3169

DDN : J’ai souvent pensé que le marché des piscines dans le nord est un marché très dynamique depuis une bonne quinzaine d’années…

Sébastien Boudet : Il est vrai que nous avons pris beaucoup de retard si l’on peut se comparer aux autres régions françaises. Les projets ont évolué ces dernières années. Nos clients nous demandent de réaliser des bassins qui s’intègrent parfaitement à l’environnement. Il n’est pas inhabituel aujourd’hui de voir des piscines équipées d’un revêtement gris anthracite ou noir.
C’est vraiment plaisant de voir que les fabricants sont en constante recherche de nouveaux produits. Cela nous permet de proposer à nos client multiples options afin qu’ils puissent avoir une piscine unique. D’ailleurs, nous avons même innové ces dernières années avec des bassins aux parois en verre à débordement. En bref, il y a du boulot et on s’amuse bien… (sourire)

 

DDN : On dit que de faire fabriquer une piscine extérieure, augmente la valeur du bien d’environ 20% en cas de revente. Vous confirmez ?

Sébastien Boudet : Ce n’est pas faux, mais il faut remplir tout de même quelques conditions. Nous sommes pour notre part, constructeur de bassin traditionnel. Nous réalisons des bassins entièrement maçonnés et donc sur-mesure. Un bassin extérieur doit être avant tout intégré à son environnement. C’est un atout en terme de patrimoine. Un bassin bien conçu et esthétique crée forcément un coup de cœur chez un acheteur potentiel. La piscine peut faire basculer une vente, j’en suis convaincu.

DDN : Que vous apporte véritablement votre partenariat avec CARRE BLEU ?

Sébastien Boudet : Carré bleu nous apporte une véritable marque de fabrique. Nous nous situons clairement sur un marché haut de gamme avec des bassins traditionnel sur mesure. Nous sommes régulièrement en contact avec les autres concessions pour multiples conseils. Nous partageons nos savoir-faire et cela nous fait grandir dans le bon sens. Au-delà de la marque, nous avons des personnes très compétentes à notre service, que ce soit dans les commandes de produits, dans les services techniques d’après-vente ou dans le marketing.

 

DDN : Si vous deviez parler de votre procédé de fabrication concernant le bassin, la filtration et le chauffage, comment le résumeriez-vous ?

Sébastien Boudet : Plusieurs mots me viennent en tête : solidité, efficacité, simplicité et qualité. Je ne suis pas en train de vous dire que nos bassins sont sans entretien, mais nous avons des moyens de filtration, de chauffage et de stérilisation qui ont considérablement évolué ces dernières années. Nous proposons plusieurs types de filtration mais dans la plupart des cas, la filtration par sable est retenue. Nous proposons même des vannes pilotées, ce qui permet d’effectuer des lavages de filtres automatique.
Pour le chauffage, nous orientons le client le plus souvent sur de la pompe à chaleur. Mais vous savez, tout dépend du projet, de la taille du bassin, de la température souhaitée, de la durée d’utilisation dans la saison. Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte. Nous nous adaptons, et surtout, nous conseillons nos clients au mieux pour une satisfaction maximum.
Idem pour la partie stérilisation ; pour un bassin intérieur, nous allons orienter nos client vers un traitement de l’eau par lampe UV avec des apports en oxygène ce qui permet de rendre la baignade très agréable, sans odeurs, sans picotements aux yeux, on ne parle plus d’agressivité. Pour un grand bassin extérieur, nous privilégierons la stérilisation au sel ou au chlore, moins couteuse et plus désinfectante.
Vous voyez, ce qui est plaisant dans notre métier, c’est cette adaptation permanente au projet sachant qu’ils sont tous différents les uns des autres.

DDN : Ce n’est pas le procédé le plus économe sur le marché …

Sébastien Boudet : Je pars du principe, que lorsque l’on opte pour la réalisation d’une piscine traditionnelle, en béton, avec de vraies garanties décennales, un vrai local technique, vous êtes dans une optique d’investissement à long terme. Il vrai que nous ne nous situons pas dans une gamme de produits la moins chère du marché. Ce n’est pas notre but non plus. Notre politique s’axe sur des projets et des constructions de qualités. En revanche, si l’on parle de coûts d’exploitation, nous avons les matériels les plus performants du marché. Entre les pompes à chaleur, les machines de déshumidification, les pompes de filtration, et j’en passe, nous essayons d’être sur les meilleurs machines en terme de rendement/consommation.

CARRE BLEU 1

DDN : Parlez-nous enfin de la sécurité pour les enfants. On sait que c’est une question importante qui est primordiale lorsque l’on sait le danger qu’une piscine représente. De quelle manière avez-vous abordé ce délicat problème ?

Sébastien Bourdet : Effectivement, c’est un sujet très important que je n’oublie jamais d’évoquer lors des rendez-vous. Certaines personnes se sentent plus ou moins concernées. Mais comme on dit : un accident, ça n’arrive pas que chez les autres !
Aujourd’hui, il existe beaucoup de systèmes répondant aux normes de sécurité pour les bassins privés comme pour les alarmes, les barrières de sécurités, les abris, les bâches à barres et bien sur les volets.
Pratiquement tous nos bassins sont équipés de volets automatiques de sécurité. Ce système est à mes yeux l’un des plus sûrs. L’avantage est qu’il s’intègre parfaitement au projet ; on peut même le faire disparaitre dans une fosse au fond du bassin quand celui-ci est ouvert. L’ouverture et la fermeture se font à l’aide d’une simple clé que l’on positionne ou l’on veut dès l’instant qu’il y a visu sur le bassin. Il permet également de garder un maximum de chaleur dans la piscine et ainsi de réduire la consommation en chauffage. En bref, outre le fait de vendre ces équipements, je pousse fortement mes clients à investir dans du matériel de sécurité.
En revanche, je leur dis aussi qu’ils peuvent mettre n’importe quel matériel de sécurité, ça ne remplacera jamais la vigilance d’un parent.

CARRE BLEU 4

DDN : Nous avons souvent collaboré ensemble pour des projets « maison/piscine », aussi bien pour des piscines intérieures qu’extérieures… Comment se traduisent vos relations avec Demeures du Nord, qu’elles soient techniques ou humaines ?

Sébastien Boudet : Nos relations, je les comparerais à un vieux couple. Y’a des hauts et des bas… (Rires). Non, plus sérieusement, nos relations humaines sont excellentes. J’apprécie le coté sérieux et professionnel de toute l’équipe. Je pense que dans n’importe quel projet, si l’on veut faire quelque chose de beau, il est essentiel d’être en phase humainement. On a trop souvent tendance à l’oublier, et moi, de ce côté, j’y mets un point d’honneur.
Côté technique, je prends énormément de plaisir depuis toutes ces années à travailler, que ce soit avec les dessinateurs ou avec les conducteurs de Demeures du Nord. Je n’ai aucune appréhension à me rendre dans vos locaux à Lille pour concevoir nos futurs projets. Je donne volontiers et en toute confiance mon savoir-faire et ma technique. Vous, vous me donnez le vôtre et nous le retranscrivons sur le papier. Là est tout le but de travailler en équipe.
Je dirai que nos relations sont constructives et tout ça se ressent sur le terrain.

PISCINE CARRE BLEU 3

DDN : Finalement, l’image de Demeures du Nord ne s’éloigne pas trop de celle de CARRE BLEU, non ?

Sébastien Boudet : Je pense que l’on aime faire le même métier, c’est-à-dire faire de belles choses. Nous aimons les belles architectures et le travail bien fait, nous aimons innover, plaire et satisfaire. Alors oui, nos images sont très similaires !

DDN : Parlez-nous enfin de votre métier et de vos passions personnelles…

Sébastien Boudet : Je vais commencer par mon métier… A mes yeux bien sûr, c’est un beau métier. Depuis tout petit, j’ai toujours aimé concevoir, construire. En plus, dans la piscine ; pour un fils de maitre-nageur, mon chemin était tout tracé… (rire).
Forcément, il y a des jours meilleurs que d’autre mais mon métier est très enrichissant. Humainement, je rencontre beaucoup de personnes, que ce soit en rendez-vous clientèle ou en conduite de chantier. Il faut constamment se remettre en cause sur des projets tous différents les uns des autres. Je dis souvent au gens que je réalise leur projet avec la même envie que si je devais le faire pour moi. Dès lors que les gens me font confiance, je m’éclate !
D’un point de vue personnel, c’est pareil. Je fais beaucoup de sports, hockey sur glace, course à pied, vélo. J’en ai besoin, avec la vie que l’on mène, c’est un véritable échappatoire : ça me permet de décompresser. Ce qui est dommage, c’est qu’il n’y a que 24 heures dans une journée…

Mais ma plus grande passion, ça reste comme beaucoup de papas : ma famille, mes enfants !…

sébastien Boudet en famille 2

LM PISCINES
1654 Av du Géneral De Gaulle
Bondues. 03 20 37 60 00

 

.

 

QUESTIONS / REPONSES : FRANCK BAZIN OU LA PASSION DU FEU …

Entretien très convivial avec Franck Bazin, PDG de Art du Feu, célèbre enseigne de cheminées, poêles et inserts à Lille.

DEMEURES DU NORD : J’ai toujours connu votre enseigne située boulevard de la Liberté à Lille, mais je ne peux m’empêcher de trouver son image rajeunie depuis quelques temps… Je ne me trompe pas ? Il s’est réellement passé une métamorphose au sein de votre société ?

Franck Bazin : Effectivement le magasin est implanté depuis plus de 25 ans boulevard de la Liberté. Tout en conservant le savoir-faire artisanal, nous avons apporté il y a 5 ans une touche de modernité sur un marché de la cheminée et du poêle qui a fortement évolué.

DDN : Si vous aviez à citer 4 adjectifs qui caractérisent ART DU FEU et se distinguent de vos concurrents, ce seraient lesquels ?

Franck Bazin : Créatif, professionnel, accueillant, dynamique.

abc1bois-B

gyro2011-B

DDN : Parlez-nous des tendances actuelles : Foyer ouvert ? Inserts ? Cheminées au gaz ?

Franck Bazin : Avec la nouvelle réglementation sur les énergies renouvelables, l’accent a été mis sur les rendements des appareils de chauffe. La demande de foyers ouverts est très rare, remplacée par les inserts et les foyers à vitres escamotables permettant une utilisation mixte, ouvert ou fermé. Quant aux cheminées gaz c’est une demande essentiellement urbaine ou sur-urbaine , s’intégrant parfaitement dans des projets à l’architecture très design.

49D6799E-993A-67E1-A1B9EE99228A23E2-B

DDN : Votre marché semble en pleine évolution…

Franck Bazin : Notre marché suit l’évolution des modes de vie. La cheminée a toujours été au cœur de la maison. Elle concilie aujourd’hui plusieurs fonctions de plaisir, de chauffage et d’esthétique. La prise de conscience écologique, les énergies renouvelables, poussent les fabricants à concevoir des appareils de chauffe toujours plus performants et économes. Désormais les foyers peuvent se connecter sur le réseau de chauffage, permettant la production d’énergie en appoint ou même en source unique.

DDN : Fini « la vieille cheminée rustique d’antan » ?

Franck Bazin : Effectivement « la vieille cheminée rustique » appartient au passé. Aujourd’hui il n’y a plus un style prédominant, chacun peut trouver une réponse à ses besoins et à son style.

DDN : Vous trouvez-vous en accord avec l’image des maisons DEMEURES DU NORD ?

Franck Bazin : Nous partageons les mêmes valeurs. Nous sommes aussi une entreprise familiale implantée localement. Tout comme Demeures du Nord, nous avons fait un choix de nous positionner sur le haut de gamme et nos projets ont la même philosophie : s’adapter au lieu, avec une ligne architecturale unique et reconnaissable.

DDN : Que recherchent le plus nos clients : Une cheminée décorative ? Un mode de chauffage ? Ou le simple plaisir d’un feu qui crépite ?

Franck Bazin : Dans la demande des clients ces trois éléments sont bien souvent indissociables. Cependant Art du Feu a conscience du caractère unique de chaque projet et se fait un devoir de pouvoir satisfaire toutes les demandes de ses clients.

agora850LE SITE > Art du feu

 FRANCK-BAZIN-NB

Franck Bazin, PDG de Art du Feu

 

QUESTIONS / REPONSES : BRUNO DEMOOR, UN PASSIONNE …

Dans l’ancien site internet Demeures Du Nord, nous avions consacré une rubrique « INTERVIEWS » permettant des jeux
de questions-réponses auprès d’acteurs très divers de la construction, de l’art et de l’architecture .

Face au grand nombre de personnes qui en appréciaient la lecture, j’ai décidé de continuer cette rubrique dans Le
Blog Demeures Du Nord qui est à présent, me semble-
t-il, plus approprié à ce support.

Pour ce retour aux Interviews DDN, j’ai invité Monsieur Bruno Demoor à nous parler de son métier !

 


Bruno-demoor.jpeg
Bruno Demoor, dirigeant d’une entreprise de gros-œuvre (Deule Bâtiment)  fait partie des partenaires privilégiés de Demeures du Nord. Ses
nombreuses années d’expérience lui ont permis de voir évoluer un métier où les exigences, les réglementations et les besoins des clients sont de plus en plus précis et techniques… C’est aussi
un métier difficile comme on peut l’imaginer.

Bruno est un homme affable, sensible et particulièrement généreux.

 

Demeures Du Nord : Depuis combien de temps travaillez-vous pour Demeures du Nord ?

Bruno Demoor : Cela fait déjà plus de 10 ans que je travaille pour Demeures du Nord. Mais bien sûr je vis
depuis mon plus jeune âge sur les chantiers…


DDN : Votre métier vous passionne toujours?

BD : Bien sûr ! Plus encore qu’avant. J’ai la chance de diriger ma propre entreprise et c’est pour moi un
super challenge.

En plus, avec Demeures Du Nord je réalise beaucoup de gros-œuvres qui me permettent de travailler sur de magnifiques
constructions qui parfois me font même rêver !

 

DDN : Vos relations sont bonnes avec le Service Technique et la Direction?

BD : Dans l’ensemble ça se passe parfaitement bien. Lorsqu’il y a un problème, on s’explique et tout
rentre dans l’ordre. Je travaille pour Demeures Du Nord ; jamais contre !


DDN : On vous dit assez ferme avec vos employés… Parfois sévère !

BD : Je suis assez exigeant, c’est vrai. Alors parfois il faut savoir élever la voix pour bien se faire
entendre. Je n’aime pas que l’on perde du temps, que l’on ne prenne pas soin de notre matériel etc…

En fait, rien d’anormal à tout cela, non ? Un entraineur d’une équipe de Foot élève aussi la voix pour faire respecter les
consignes : c’est pareil !

 


BD-1.jpg

 

DDN : Comment se déroule votre approche avec nos clients ?

BD : En général vos clients sont très sympas. Beaucoup plus que j’aurais pu l’imaginer avant de pouvoir
travailler pour Demeures Du Nord ! J’imaginais des gens fiers et distants… C’est exactement le contraire hormis une toute petite minorité. 

Je crois que les gens bien élevés sont respectueux. Ils se doutent que nous faisons un métier difficile, et ils ont un
super comportement pour la plupart !


DDN : Les rencontrez-vous souvent sur leur chantier ?

BD : Oui, parfois plusieurs fois par semaine ! On parle de leur chantier , mais on parle aussi de tout et
de rien…

 

DDN : Les trouvez-vous plus exigeants que dans d’autres sociétés ? Plus …difficiles ?

BD : Oui, je le ressens. Ils attendent une grande qualité de la part de Demeures Du Nord, alors à nous de
leur assurer cette qualité pour le gros-œuvre !


DDN : La technique a-t-elle beaucoup évolué ces dernières années ?

BD : Oh oui ! Les normes ne cessent d’évoluer : il y a évidemment les normes de la RT2012, les normes
antisismiques…

De plus Demeures Du Nord nous a fait transformer beaucoup de détails des constructions pour les améliorer. Ils ont une
énorme expérience des maisons individuelles et veulent toujours être novateurs.


DDN : Préférez-vous construire pour Demeures du Nord des maisons modernes en briques ou des villas géométriques
?

BD : Je n’ai pas de préférences, du moment qu’elles sont belles ! (Sourire…)

 


1074866_516011425134705_1041334076_o.jpg

 

DDN : Les conducteurs de chantiers de Demeures du Nord sont-ils pointilleux ?

BD : Très. Ils ne laissent rien passer !
Leur direction est déjà très exigeante par rapport aux chantiers. Je le comprends. Ils ont une réputation à défendre et il
faut que tout le monde veille à soigner son travail. Le gros-œuvre est une partie très importante de la maison : « c’est le manteau de la maison ! » En plus c’est lui qui garantit sa
solidité…

 

DDN : Le temps dans le nord est souvent ingrat… Que craignez-vous le plus comme type de météo ?

BD : La pluie ! Sans hésiter. Je préfère même le froid, du moment que c’est un froid sec. Mais la pluie,
j’en ai horreur !

 

DDN : Quel est votre plus grand plaisir après le travail, le soir ou le week-end ?

BD : Retrouver ma maison, ma famille et mes enfants ! C’est mon réconfort et ma fierté.

 

 

 

 

  www.demeuresdunord.com

facebook Demeures Du Nord 

 

.

QUESTIONS / REPONSES: LIONEL SPITAELS, RESPONSABLE DU BUREAU D’ETUDES DDN …

 


spit.jpg

Pour ce nouvel entretien consacré à cette toute nouvelle rubrique « INTERVIEWS », et après celui consacré à
l’un de nos responsables d’entreprises Bruno Demour, c’est avec plaisir que nous questionnons Lionel Spitaels,
architecte,  responsable du bureau d’études Demeures du Nord, 

Plein d’optimisme et de convictions!

 

DDN : Vous êtes diplômé d’architecture et responsable du bureau d’études
Demeures du Nord. Vous y travaillez depuis longtemps ?

 

Lionel Spitaels : Déjà 16 ans ! Le temps est passé vite, nous vivons tellement
à cent à l’heure !

 

DDN : Comment se distingue ce bureau d’études intégré ?

 

Lionel Spitaels : Le Bureau d’études Demeures du Nord est très important par
rapport à la moyenne du marché ! C’est sans doute le plus important.

Nous y réalisons tout d’abord de nombreux avant-projets qui constituent les études préliminaires de
chaque projet de construction. La qualité de création de ces avant-projets permet d’obtenir un taux de satisfaction et de transformation très intéressant auprès de nos clients.

Lorsque le client nous confie ensuite la construction de sa maison individuelle, nous passons à la phase
des plans techniques qui seront utiles pour effectuer tout d’abord le dépôt du permis de construire, puis pour exécuter de manière la plus précise possible l’ensemble de la
construction !

Le reste du temps nous le consacrons à de nombreuses rencontres avec nos clients, de nombreuses visites
de nos maisons en cours de construction ou même réceptionnées.  Il est très utile pour nous de réunir de manière critique et constructive nos plans et nos constructions !

Nous expérimentons, de nouveaux matériaux, de nouvelles formes… Nous devons pour garder
notre position de leader sur ce marché, continuer à nous montrer inventifs  tout en conservant les proportions de nos maisons qui sont propres à « La Ligne
 Demeures du Nord  » !

Nous devons conserver notre identité, présenter des maisons qui soient reconnaissables dans leur
architecture !

 


pers-maillard.jpg
DDN : Vous vous plaignez d’être ainsi sans cesse copiés voir même plagiés ?

 

Lionel Spitaels : Un peu ! C’est agaçant parfois, mais il vaut mieux être
copié plutôt que de chercher à exister en copiant les autres… Nos clients ne sont pas dupes : faire preuve d’élégance c’est aussi savoir leur  proposer un projet unique et
personnalisé !

 

 

DDN : Chez Demeures du Nord, dans sa communication, ou au travers du site ou même du blog,
on parle justement souvent d’élégance …

 

Lionel Spitaels : C’est vrai, et évident à la fois ! Pour réussir dans ces
métiers de création, il faut autant d’élégance dans la pensée, les connaissances, que dans le geste ! Si un dessinateur pense de manière vulgaire il dessinera de manière
vulgaire ! 

 

 

DDN : Ces connaissances justement, vous les puisez dans quoi ?

 

Lionel Spitaels : Particulièrement dans l’art, la peinture, le design, le mobilier,
l’architecture urbaine même ! Tout ce qui touche à la beauté, à la délicatesse, nous apprend cette élégance de la pensée ! Les voyages nous inspirent certainement aussi…

 

DDN : La crise économique a-t-elle influencée le profil architectural de vos
maisons ?

 

Absolument pas ! Il ne fallait surtout pas sacrifier ni la ligne d’architecture Demeures du Nord, ni
la qualité de mise en œuvre. Peut-être seulement, et même inconsciemment, nous sommes devenus plus attentifs à la performance en termes de rapport qualité-prix. Certains critères simplement
techniques offrent des solutions plus ou moins onéreuses. Nous faisons sans doute de meilleurs choix !

 

DDN : La nouvelle gamme COLLECTION par Demeures du Nord, est-elle influencée par cette
crise ?

 

Pas du tout. D’ailleurs, elle remplace une autre gamme que nous appelions LES BASICS. Nous avons au
contraire décidé avec La Direction que nous la remplacerions par  une gamme plus originale et plus prestigieuse que précédemment ! Tout au moins plus en adéquation avec « notre
philosophie »…

Nous sommes très fiers de COLLECTION ! Je trouve que les 9 modèles de cette « entrée de
gamme » sont pour chacun, élégants et originaux. Vraiment sympas !

Malgré la performance du prix, nous avons réussi à créer des véritables Demeures du Nord !

 


spit-2.jpg
DDN : Prisonniers de votre image ?

 

C’est plutôt une jolie prison ! En tout cas c’est un réel bonheur que de créer de telles maisons
pour notre clientèle !

 

DDN : Parlez-nous enfin de vos passions !

 

Lionel Spitaels : A part l’architecture et le design qui me passionnent, j’essaye
de passer du temps en famille, entre amis, en voyages… J’aime aussi décompresser sur mon VTT en forêt le dimanche matin !

 

www.demeuresdunord.com

Facebook / Demeures du Nord

.